24/03/2017

Petits mystères du Grand Macabre (une semaine de chanteuses, 2)


György Ligeti - Mystères du Macabre pour soprano colorature et ensemble, 1992
Barbara Hannigan, soprano - Orchestre symphonique de Göteborg, 12 Avril 2013
Mis en ligne par Göteborgs Symfoniker




Les trois airs des Mystères sont tirés de l'opéra originel, Le Grand Macabre (1974-77 pour la première version), d'après la pièce de Michel de Ghelderode.


"- Ecoutez, mes féaux. D’un tombeau sort la vie. Il faudra nous conduire de sorte que les hommes de l’avenir ne pleurent autrement que de joie. Comme je le fais... Et que je vous embrasse, la fraternité n’étant pas une vaine inscription. Soudards, sonnez. C’est le moment de boire en Breughellande. Sonnez vers le soleil!..."
Tirade de fin de Sire Goulave, in Michel de Ghelderode, La Balade du Grand Macabre, 1934

23/03/2017

On fusille (une semaine de chanteuses, 1)


France Gall - La manille et la révolution, 1969
paroles de Boris Bergman, musique d'Hubert Giraud
Mis en ligne par Claudus1943






Mais... serait-ce notre chanson...? Décidément une grande année, 69 - se dit M. Chat.


Je voudrais être une fille, une fille
Qui sache tirer l'aiguille, l'aiguille
Mais je joue à la Manille et à la révolution
J'ai le sens de la famille
Alors je joue du canon

Car chez nous de père en fille, en fille
On boit de la tequila, on fusille
Nous faisons brûler des villes
Nous faisons sauter des ponts
C'est le temps de la Manille et de la révolution

J'aime, j'ai peur
Le fils du dictateur
M'aime, mes sœurs
Toutes les nuits en rêve, rêve, rêve

Je voudrais être une fille, une fille
Et pour lui tirer l'aiguille, l'aiguille
Il m'offrirait des jonquilles
Tout en me prenant la main
Je connaîtrais les brindilles sur l'herbe du champ voisin

J'aime, j'ai peur
Le fils du dictateur
M'aime, mes sœurs
Toutes les nuits en rêve, rêve, rêve

Mais chez nous de père en fille, en fille
On boit de la tequila, on fusille
Moi j'aime mieux les jonquilles
Qui sentent les fleurs de passion
Mais je joue à la Manille et à la révolution

22/03/2017

Les vacances du bestiaire : il est apparu, contrairement à ce que l'on pense...


Starlings / Etourneaux - Musique : Philip Glass - The Orange Tree (BO du film The Illusionist, 2006)
Mis en ligne par Sarah K




Aujourd'hui l'oeil des chats a dix ans et vous offre, à cette occasion, ce vol d'oiseaux.


Je voudrais revenir sur les vols d’étourneaux. Vous avez tous observé cela, à la bonne saison, ces extraordinaires figures, ballets, que forment les étourneaux. Ils forment des filets, des structures en filets, liquides, qui se déplacent, et qui sont des objets mathématiques absolument sublimes. On a toujours eu beaucoup de mal à comprendre comment ils faisaient : pour ne pas se quitter, s’éparpiller, et comment ils faisaient pour ne pas non plus s’agglutiner. Il est apparu, contrairement à ce que l’on pense, que cette structure n’est possible que s’il n’y a pas de chef, s’il n’y a pas de leader, d’une part. Et cette structure n’est possible, aussi, que parce que les liaisons sont peu nombreuses, c’est-à-dire que chaque étourneau, donc chaque point du filet d’étourneaux, est lié à peu près à sept ou huit autres étourneaux, dans un lien qui est constamment modifiable – c’est-à-dire que ce n’est pas les sept ou huit mêmes. C’est comme ça tout le temps, et c’est ce ‘‘comme ça tout le temps’’ qui structure la tenue du filet. Or, ce qui m’intéresse là-dedans comme image, c’est qu’on ne peut pas parler d’égalité des étourneaux entre eux, mais on peut parler d’une structure politique, si l’on peut dire, en tous cas spatiale, qui les tient ensemble comme séparés. Cette structure qui tient les hommes ensemble comme séparés, c’est peut-être ce que vainement, depuis qu’il y a des hommes, nous cherchons. Il y aurait à creuser davantage (de ce côté :) voir comment l’espacement n’est possible comme espacement, que parce qu’il espace des distincts, et non pas des semblables. Dans le discours de l’égalité, dans le discours des semblables, dans le discours des égaux, il y a la déposition d’une pensée toujours séparatrice et toujours hiérarchique, ou du moins, d’une pensée qui n’est pas capable, qui n’a pas su séparer la séparation de la hiérarchisation. Et c’est d’autant plus pénible et tracassant, que dès lors qu’il y a représentation, au sens politique, il y a forcément quelque chose de cela de cette non séparation entre la séparation et la hiérarchisation qui se pointe et qui revient.
Jean-Christophe Bailly
Intervention aux Samedis du livre du Collège International de Philosophie sur le thème : L’homme sans. Politiques de la finitude de Martin Crowley, enregistrée le 20 mars 2010 (Source)
et, sur le même thème, également.




Et pendant ce temps-là...
...après le pigeon migrateur

21/03/2017

l'art de la rue : Castelao (une semaine espagnole, ou galicienne, ou autre, 7) (et où va-t-on pour les vacances ?)


Alfonso Daniel Rodríguez Castelao - O vello da danza de espadas / Le vieux de la danse des épées, 1922-29
Technique mixte sur papier
Musée de Pontevedra
Source



La Danse des épées, dont le vieux porte la tenue, est une tradition basque, mais aussi galicienne, allemande, mexicaine, anglaise ou maure etc... Castelao (1886-1950), écrivain, peintre et dessinateur, est un des fondateurs du nationalisme galicien.


Mme Chat - Alors, c'est espagnol ou galicien... ?

M. Chat - ...ou simplement de Rianxo, le bled de Castelo, ou du coin de la rue... C'est comme de demander si les Moraves sont de Tchéquie, si les Anglais sont européens, si les catalans du nord sont occitans, ou si la chatte des voisins a sa carte d'identité...

Mme Chat - Alors ?

M. Chat - Alors disons "galicien ou espagnol ou autre" en nous limitant pour l'instant, en extension, au genre humain, comme dirait un de mes auteurs préférés, citant Plutarque qui citait Anaximandre qui...

Mme Chat - Stop. Où va-t-on pour les vacances ?

M. Chat - Ben, en fait je voulais dire que (1)...







(1) En fait, ce que M. Chat voulait dire (4), c'est que trois sens du mot identité (2) se rejoignent in fine quand il s'agit de l'unité (3) du genre humain. Le folklore ou la coutume locale n'est qu'en apparence identitaire (au sens restreint que nous accordons ordinairement à cette expression) - grattez un folklore, comparez-le et vous le retrouverez sous de multiples formes et de multiples latitudes à de multiples époques, au travers (en se moquant) de multiples frontières. Le vieux du coin de la rue, qui revient de la danse des épées, qu'il soit galicien, anglais ou maure, n'est un identitaire qu'au sens où il est identitaire du genre humain. Expliquez ça (doucement, hein) au prochain identitaire restreint que vous rencontrerez (et on peut lire Róheim, ou Devereux, ou Laplantine ou Tobie Nathan, ces gens-là sont tous intéressants, mais ce n'est pas obligatoire, on peut aussi réfléchir tout seul c'est-à-dire, aujourd'hui, wikiseul).

(2) Identité logique : Alfonso est Alfonso, identité spécifique : Alfonso est un homme, identité culturelle ou collective : Alfonso est Galicien.

(3) Dans un quatrième sens du mot identité : le caractère de ce qui est un.

(4) Avant de prendre conscience que, oui, il faut qu'on parle des vacances, sinon...

18/03/2017

Ciel... Ángeles Santos (une semaine espagnole, 4)


Ángeles Santos - El Mundo, 1929
Huile sur toile
Musée national Centre d'art Reina Sofia, Madrid






Détail





Détail





Détail

17/03/2017

Ronde de nuit : Gutiérrez Solana (une semaine espagnole, 3)


José Gutiérrez Solana - Nochebuena, ca 1915
Huile sur toile
Musée des Beaux-Arts, Bilbao
Via Desde el otro lado del cuadro




De Solana, déjà.

16/03/2017

15/03/2017

L'art de la rixe : Casas (Une semaine espagnole, 1)


Ramón Casas - Estudi del natural /Etude d'après nature
Etude préparatoire pour La Charge, Illustration de 1ère page de la revue Pel y Ploma, novembre 1899
Source

14/03/2017

13/03/2017

Je me souviens : sans jambon


Jacqueline Taieb - La Fac de Lettres 
Emission Le Nouveau Dimanche, 2ème chaîne de l'ORTF, 1967
Mis en ligne par slobo2222

12/03/2017

A l'ouest, rien de nouveau : Langaskens


Maurice Langaskens - Mimique de mon camarade R. Lowie du Th. des Galeries 
à Münsterlager 30.09.1915
Huile sur toile
Via amare-habeo (voir également sur le site de Mathieu Néouze)





Maurice Langaskens (Gand 1884 - Schaerbeek 1946) peintre et décorateur, soldat de l'armée belge en 1914, fait prisonnier, passe presque toute la durée de la guerre aux camps de Münsterlager et Göttingen. Il y fait les portraits de ses camarades; on peut en voir quelques-uns ici




Maurice Langaskens - Krijgsvrijwilliger Schele Gaston van Meulebeke, 3de gevangenschapjaar te Göttingen / Soldat volontaire Schele Gaston de Meulebeek, 3ème année de captivité à Göttingen, daté : sept 1916 
Huile sur toile
Source



11/03/2017

Harper/Pritchett

Clifford Harper - Illustration pour V.S. Pritchett, On the edge of the cliff, in The Camberwell Beauty and Other Stories
Via Peter Humphreys


"He gave a wicked laugh, she saw his yellow teeth, and he dived and was crawling and shouting in the water as he swam out farther, defying her, threshing the water, and then as she screamed at him, really frightened, he came crawling in like some ugly hairy sea animal..."


V. S. Pritchett (Ipswich, 1900 - Londres, 1998, il abhorrait son premier prénom, Victor) inconnu et pas traduit en France, pas mal passé de mode au Royaume-Uni, est pourtant comme le Tchékhov de la (toute) petite bourgeoisie anglaise. On peut lire ici un entretien avec l'auteur, lire aussi ce que Martin Amis en disait dans Visiting Mrs Nabokov

On trouvera les nouvelles de Pritchett (ce qu'il a écrit de meilleur) au complet pour très peu cher chez les bouquinistes réels ou virtuels. Par ailleurs, l'anthologie de la Folio Society est illustrée par Clifford Harper, l'auteur  d'Anarchy, a graphic guide, et de 36 portraits. Cette jolie édition se déniche parfois à prix abordable - un Tchékhov anglais et un dessinateur libertaire, et vous vous refuseriez ça ?

10/03/2017

09/03/2017

Ronde de nuit : Yoshijiro Urushibara


Yoshijiro Urushibara - Les Pins (ou Clair de lune, Bournemouth), 1928
Gravure sur bois 
© William Morris Gallery, London Borough of Waltham Forest
Via Hyperallergic



Yoshijiro Urushibara dit Mokushu (1889-1953) fut un passeur dans l'art de l'estampe. Formé à Tokyo, il participe à l'exposition anglo-japonaise de Londres en 1910, et décide de rester en Angleterre où il travaille avec Frank Brangwyn, jusqu'à son retour forcé au Japon en 1940.

On trouvera ici un site dédié à son travail, et là chez l'excellent haji baba un article (en anglais) sur sa collaboration avec Brangwyn, à laquelle la William Morris Gallery consacre actuellement une exposition (voir aussi ici et ).

08/03/2017

Le tunnel est au bout de la lumière








M. Chat : Pure métaphore bien sûr. Essayons de ne pas penser à ce qui pourrait se présager pour Notre Cher Et Vieux Pays.

Mme Chat : Quoique...

M. Chat - Ecoutons de la musique...




Whitey – The Light at the End of the Tunnel is a Train, 2005
Mis en ligne par LowStuff



I thought things had changed
I thought things looked plain
I thought I could see the light

But now, now I know
I saw the distant glow
I heard a distant whistle blow

Keeps on moving on
Keeps on moving on
Keeps on moving on too long

I just could not decide
and all my shots went wide
I'd waited for that light so long

But now, now I know
I saw the distant glow
I heard a distant whistle blow

Keeps on moving on
Keeps on moving on
Keeps on moving on too long



Mme Chat - Quand même, c'était déjà lugubre en 2005... 

M. Chat - Ça l'était déjà en 2001, peut-être un peu moins en 1999, mais la métaphore était la même... 

Mme Chat (inquiète) - Donc ça s'aggrave avec le temps ?

M. Chat - Pas forcément, ma version préférée est celle de 2002...



Half Man Half Biscuit - The Light At The End Of The Tunnel (Is The Light Of An Oncoming Train), 2002
Mis en ligne par twinnedwitherlangen


She stayed with me until,
She moved to Notting Hill,
She said it was the place she needs to be,
Where the cocaine is fair-trade,
and frequently displayed,
is the Buena Vista Social Club CD,

I thought you'd be back in three weeks,
and we'd go wandering in the peaks,
sojourn in my uncle Joe's ashram,
And when you're in Matlock Bath,
You dont need Sylvia Plath,
Not while we've got Mrs. Gibson's jam

Alas I'm brooding along by the runnel,
while shes in Capri with her swain,
and the light at the end of the tunnel,
Is the light of an oncoming train.

Well we both grew up in Eyam,
and strange as it may seem,
niether of us thought we'd ever leave,
but the beak in Leek is weak,
and she's moved it so to speak,
with featureless TV producer Steve

And now it's all Eva Cassidy,
and aphids in piccady,
and so I can only assertain,
That the light at the end of the tunnel,
Is the light of an oncoming train.

No frills, handy for the hills,
that's the way you spell New Mills,
brooding along by the runnel,
while shes in Capri with her swain,
and the light at the end of the tunnel,
Is the light of an oncoming train.
Is the light of an oncoming train.
Is the light of an oncoming.....

Gimme that old time religion,
Gimme that old time religion,
Gimme that old time religion,
It's good enough for me


Mme Chat - Old time religion ?

M. Chat - Une métaphore, bien sûr...



Woody Guthrie - Old Time Religion
Mis en ligne par Joshua Yates




Apportant leur modeste contribution à la lutte contre la mélancolie dépressive, les chats proposent solennellement que les chansons de Half Man Half Biscuit soient inscrites au patrimoine culturel immatériel de l'humanité, au même titre (au moins) que le repas gastronomique des Français ou les ostensions septennales du  Limousin. Pour commencer à constituer le dossier, on trouvera ici les textes desdites chansons.

07/03/2017

Ronde de nuit : Harris/Hopper

Peter Harris - deutsche bank - Nighthawks, 2016
de la série art and architecture
Via Peter Harris

06/03/2017

Aux devanciers


Alfred Jarry (8 septembre 1873 - 1er novembre 1907) - Ubu Roi, réalisation de Jean-Christophe Averty (6 août 1928 - 4 mars 2017) pour l'ORTF, 1965




En rendant hommage aux deux auteurs qui ont bercé leur adolescence, les chats ont également une pensée émue pour tous ceux qui aujourd'hui encore, dans Notre Cher Et Vieux Pays, s'inspirent du programme du Père Ubu. 


"D'abord je veux garder pour moi la moitié des impôts." Alfred Jarry, Ubu Roi, Acte III, scène II

"Avec ce système, j'aurai vite fait fortune, alors je tuerai tout le monde et je m'en irai." Ubu Roi, Acte III, scène IV

04/03/2017

Stadt, City, Ville... : Benedetti/Eilshemius


Louis Michel Eilshemius - East Side, New York, ca 1908
Huile sur papier
Hirschhorn Museum Washington DC
Source




STADT CITY VILLE ETC.

cada ciudad tiene su sombra propia
y su luz propia y su destino a prueba
en Milán y Santiago hay dos esquinas
que parecen cortadas
por la misma tijera
pero se diferencian por la gente
además del idioma y las cosechas
de amores / de derrotas / de verdades
de tiempos viejos y ilusiones viejas


chaque ville a son ombre qui lui est propre
et sa lumière et son destin à preuve
il y a deux coins de rue à Milan et à Santiago
on les dirait taillés
par les mêmes ciseaux
mais à leurs habitants on ne peut les confondre
sans parler de la langue et toute la moisson
des amours / des défaites / des vérités
de l'ancien temps des illusions anciennes

en Venecia vi navegar sepelios
y en Moscoú regocijo en la nieve
en el Zócalo azteca muchedumbres
y en Brasilia procesiones solemnes


à Venise j'ai vu flotter des enterrements
et à Moscou des fêtes dans la neige
de solennelles processions à Brasilia
et puis les multitudes au Zócalo aztèque

cada ciudad conoce de sí misma
lo que no está siquiera en sus fábulas
su rostro es una puerta de cabildo
y su pregón el que sus niños cantan


chaque ville distingue d'elle-même
ce qu'elle n'est pas même dans ses fables
et son visage est une porte de guichet
les cris des enfants sont ses annonces publiques 

mi ciudad por ejemplo es tan modesta
casi sin cumbres y con tanto cielo
es la mejor postal de mi muestrario
y se llama además montevideo


ma ville par exemple est si modeste
presque aucune éminence et avec tant de ciel
dans ma collection c'est le plus beau timbre
même qu'on l'appelle montevideo



Mario Benedetti (1920-2009) - Testigo de uno mismo / Témoin de soi-même
Visor Libros ed. Madrid, 2008
Trad. les chats (1)


Louis Michel Eilshemius - New York at Night, ca 1910 
Huile sur carton
Metropolitan Museum of Art New York







(1) qui aiment beaucoup Benedetti mais ne miaulent pas très fort en espagnol, toute remarque est bienvenue.

03/03/2017

Quarante ans après





Je republie ci-dessous (sauf la partie consacrée à Harvey Pekar) un article de juillet 2010, à l'occasion de la traduction française de l'Orda d'Oro, (Primo Moroni & Nanni Balestrini, 1988), un chantier qui a duré huit ans et dont il faut évidemment féliciter les traducteurs, Jeanne Revel, Jean- Baptiste Leroux, Pierre-Vincent Cresceri et Laurent Guilloteau, pour leur ténacité. Si on lit ce que j'écrivais il y a sept ans, on verra que je n'y croyais plus trop...

Pour me répéter, La Horde d'Or est sans équivalent dans le domaine français, que ce soit pour l'ampleur du mouvement que le livre retranscrit, ou pour la diversité des voix qui s'y expriment. Le mai français (il faut sans cesse le répéter : non, 68 ce n'est pas le flower power, c'est une grève générale) est massif mais court, et cale vite; le mai italien est long et tellement profond qu'il touche le nerf de l'état italien (pas seulement italien) au point de le pousser au massacre. Quant à l'histoire telle qu'on l'a écrite, il n'est que de comparer La Horde d'Or à son équivalent français (1) pour mesurer l'étroitesse de notre bout de lorgnette hexagonal.

Il est donc instructif de lire ce livre, encore plus instructif de mesurer le temps de transmission : dix ans pour que Moroni et Balestrini commencent à le rédiger (2), encore dix ans pour l'édition définitive de 97, rajoutez-en vingt pour qu'on le lise en français...

Encore n'a-t-on ici - mais superbement racontée - qu'une version de l'histoire, celle de la partie du mouvement qui choisit en 77 l'affrontement direct avec l'état, par la voie mouvementiste plutôt que par la voie militaire des Brigate Rosse et groupes apparentés. Il n'est pas inutile de rappeler qu'il a pu exister au sein du même mouvement d'autres choix, celui par exemple d'articuler les luttes à la base et dans les institutions électives - ce fut le cas des groupes à l'origine du cartel Democrazia Proletaria (3). Qu'aucune de ces voies n'ait débouché sur une victoire, cela ne signifie pas qu'elles étaient condamnées d'emblée, pas plus que cela n'infirme l'une ou l'autre d'entre elles : si les chemins sont divers, c'est que la destination est lointaine et le terrain, accidenté. 




Caterina Bueno - Storia del 107
Mis en ligne par brittlewhore


La Storia del 107, ici, pour rappeler que ces années italiennes ont été aussi pour de nombreux militants des années de prison...


On trouvera ici au format Lyber le texte complet de La Horde d'or (avec les journaux de traduction),  la page de l'édition au format imprimé, et encore là un entretien avec Nanni Balestrini et Sergio Bianchi.



(1) Hervé Hamon et Patrick Roman, Génération, Seuil éd. 1987 & 1988.

(2) De 77 à 87 puisqu'ils fixent à la fin 77 le début des années du cynisme, de l'opportunisme et de la peur, selon l'expression de Paolo Virno, voir p. 611 du livre.

(3) Dont l'histoire est encore à faire - elle est moins haute en couleur que celle de La Horde d'or mais tout aussi honorable. A noter que les intentions qui animaient Democrazia prolétariat (DP) n'étaient pas si éloignées de celles de Podemos aujourd'hui en Espagne. Mais DP n'a jamais dépassé les 1,7% aux élections nationales : comparez avec Podemos, vous verrez que, n'en déplaise aux pessimistes, on a changé d'échelle en même temps que d'époque. Sur DP on peut lire (en italien) Matteo Pucciarelli - Gli ultimi Mohicani - una storia di Democrazia proletaria, Mondadori ed. 2011.







21/07/2010 
Les mémoires collectives meurent aussi



Si je jette un oeil sur le monceau de littérature que le quarantième anniversaire a laissé  derrière lui, j'en retiens essentiellement deux bandes dessinées : celle de Pekar, et celle-ci par Giancarlo Ascari, dit Elfo :


Elfo - Tutta colpa del 68, Garzanti, 2008
éd. fr. La faute à 68, Les enfants rouges, 2008


Ascari est né en 51 - ce qui lui fait pour le coup douze ans de moins qu'Harvey Pekar. Son protagoniste Rinaldo  participe  au Movimento Studentesco (le "MS")  de l'Università Statale de Milan. Le MS et son principal leader, Mario Capanna, ont leur histoire à eux (1) mais, comme pour le livre de Pekar, ces références ne sont pas nécessaires pour revivre l'époque à travers les planches d'Ascari.

1968, Le quartier de Porta Ticinese, avec sa librairie La Calusca...

Elfo - Tutta colpa del 68
Primo Moroni et sa librairie

 ...et ce qu'il est devenu par la suite...

 Elfo - Corso di Porta Ticinese, années 70 et 80


...et l'enterrement de Primo Moroni...


Elfo - Corso di Porta Ticinese, années 90 et 00

...qui était, avec Nanni Balestrini, l'auteur de ce classique sur l'histoire du long mai italien...


Nanni Balestrini, Primo Moroni - L'orda d'oro, 1988


...livre qui n'a pas d'équivalent en ce qui concerne la France et qu'une petite équipe s'efforce toujours joyeusement de traduire (2).


Monceaux de tracts éparpillés ou moisissant, livres écrits à la hâte, affiches déchirées, bobines super 8 entassées dans les caves, thèses en attente de publication depuis vingt ans, poèmes oubliés, dossiers de police consultables sans notes après de longues démarches, romans traficotés, souvenirs embellis, remords et repentirs à grande diffusion, mémoires désaffectées, neurones affaiblis, historiographie à blanc, et le business régulier des anniversaires. Commencez par ces deux BD, et ce livre italien.








(1) Le MS fonctionnait comme une grosse organisation  politique, avec son groupe dirigeant et son service d'ordre expéditif, les Katanga. Les cognes entre les Katanga et les idraulici (les "plombiers" à cause de leur préférence pour les clefs anglaises) du groupe milanais concurrent, Avanguardia Operaia, étaient une figure obligée du western politico-militaire local. Pour les lecteurs de la BD curieux du contexte, la scission de 71 qui semble avoir marqué Ascari est probablement celle qui donna naissance à un groupe dissident du MS, plus ouvert, le Gruppo Gramsci.

 (2) L'orda d'oro a connu à ce jour trois éditions successives, la dernière chez Feltrinelli.

02/03/2017

Né en Asie, mineur, gréviste


Alphred Ko-S’inn-Hus - Le mari de la Vénus de Milo, 1886



Et, pour citer Daniel Grojnowski (voir plus bas), la récréation, c'est aussi de la création... Ce dessin était présenté à l'exposition des Arts incohérents de 1886. Le catalogue lui donne un autre titre, à la suite du vrai nom de l'auteur :

Cat. n° 132 - La Vénus demi-lot, signée Alfred Caussinus.
KO-S'INN-HUS (Alfred), né en Asie, mineur, gréviste, a eu tout de suite du talent, et malgré ses nombreux succès demeure simplement, 228, bd St-Germain. 


L'exposition de 86 était la quatrième du genre organisée par Jules Lévy. L'affiche de Chéret montre Lévy entrant dans la Lune par la bouche et en ressortant...


Jules Chéret - Affiche pour l'exposition des Arts incohérents de 1886
Source : Gallica/BnF

...par la face cachée.

Sur les Arts incohérents (ici et ), on peut lire le compte-rendu par Félix Fénéon de l'exposition de 1883 et, pour une appréciation plus élogieuse et très détaillée, le livre de Daniel Grojnowski et Denys Riout, Les arts incohérents et le rire dans les arts plastiques, José Corti éd. 2015.

Et on peut écouter Daniel Grojnowski ici, à propos d'Alphonse Allais, ce qui n'est pas très éloigné des incohérents...