18/12/2017

Les intérieurs sont habités : mais ils sont à vendre








Sur Le bon coin (1), l'appartement habité par Georges Perec à partir de 1974 (2) à l'entresol du 13 rue Linné. C'est Perec qui avait fait refaire les planchers, construire la salle de bains et installer le chauffage central. Selon Bellos (3), il avait lui-même repeint les murs, aidé d'Harry Matthews.









A la fin des années 70 l'Oulipo se réunissait parfois dans cet appartement. Et c'est là, évidemment, que fut écrit La Vie mode d'emploi.







Une fois rénové, l'apparement de Perec frappa ceux qui venaient lui rendre visite par sa ressemblance avec un train. On pénétrait en effet dans un minuscule vestibule, qui donnait dans la petite cuisine, 






...de laquelle on passait dans la pièce principale avec sa cheminée de marbre et les portes-fenêtres ouvrant sur la cour de derrière, que Perec tenait à appeler son jardinet (il envoyait parfois des invitations à une "jardinet-party"). La pièce principale communiquait avec un bureau situé en enfilade; 






...le bureau se prolongeait par une chambre;







...et la chambre était suivie d'une salle de bains, tout à la fin du wagon. Aucune des pièces n'était vraiment vaste et, sans la lumière de la cour, l'espace entier pouvait engendrer aisément la claustrophobie (4).









C'est là que l'ambulance vint le chercher le 2 mars 1982, pour l'amener à l'hôpital Charles-Foix d'Ivry. Perec monta à l'avant, à côté du chauffeur. Il mourut le lendemain vers 8 heures du soir.






(1) Bien sûr, l'annonce de juin dernier n'y figure plus depuis longtemps. Pour ces images il faut remercier La main de singe.

(2) Il l'avait acheté en 73.

(3) David Bellos, Georges Perec, une vie dans les mots, Seuil éd. 1994 pour la version française, p. 563.

(4) Ibid., p. 575.




Notez que David Bellos a également écrit un livre souvent recommandé dans les écoles de traduction. Et qu'il existe une Association Georges Perec.

17/12/2017

Duo : programmé


Huang Yi - Duo Chorégraphique avec un robot industriel KUKA
Violoncelle : Joshua Roman
Mis en ligne par TED







Et pendant ce temps-là...
...les valeurs et les autres

16/12/2017

"Avalon", pour l'amour du ciel !


William Gass (30 juillet 1924 - 6 décembre 2017) dans sa bibliothèque
Via Biblioklept


The aim of the artist ought to be to bring into the world objects which do not already exist there, and objects which are especially worthy of love. We meet people, grow to know them slowly, settle on some to companion our life. Do we value our friends for their social status, because they are burning in the public blaze? do we ask of our mistress her meaning? calculate the usefulness of our husband or wife? Only too often. Works of art are meant to be lived with and loved, and if we try to understand them, we should try to understand them as we try to understand anyone—in order to know them better, not in order to know something else.



Le but de l'artiste devrait être de faire venir au monde des objets qui n'y existent pas encore, des objets qui soient spécialement dignes d'amour. Nous rencontrons des gens, insensiblement nous apprenons à les connaître, et puis nous décidons de faire de quelqu'un le compagnon de notre vie. Apprécions-nous nos amis pour leur rang dans la société, parce qu'ils brillent de tout leur éclat sur la scène publique ? Chez une maîtresse, cherchons-nous ce qu'elle représente ? Notre mari ou notre épouse, en calculons-nous l'utilité ? Bien trop souvent. Les oeuvres d'art sont faites pour vivre avec nous et pour être aimées, et pour ce qui est de les comprendre, nous devrions nous y prendre comme on le fait pour comprendre quelqu'un - c'est-à-dire pour les connaître mieux, elles, et non pour savoir quelque chose d'autre.
William Gass - The Artist and Society, in Fiction and the Figures of Life, 1970
Trad. les chats (hélas)




Du point de vue du lectorat français, William H. Gass a commis l'erreur de mourir un jour (1) après Jean d'Ormesson et Johnny Hallyday, et de nous faire ainsi sentir l'écart entre ceux (2) qui brillent de tout leur éclat sur la scène publique et ceux qui sont faits pour que nous apprenions à les connaître.

De Gass, on peut lire maintenant Le tunnel en langue française ou encore, si on veut commencer par plus court et plus simple, son dernier recueil, Eyes (two novellas & four short stories, 2015) traduit par Marc Chénetier sous le titre  de Regards. Dedans, il y a Laisse tomber, Sam, le monologue du piano oublié de Casablanca : 


Je sais pourquoi c’est à moi que tu veux parler. C’est parce que tous les autres sont morts. Les étoiles s’éteignent. Les réalisateurs meurent. Les studios ferment. Mais on conserve certains accessoires. J’ai vu mon amie la bouteille d’eau de Vichy dans la réserve, aussi soigneusement emballée que le Faucon maltais. C’est qu’on rapporterait un joli paquet, aujourd’hui, pas vrai ? Tu vois, on survit, quand on veut bien nous laisser mener notre vie dans notre coin. Même les partitions qui devaient rester posées là comme si elles allaient bientôt servir se trouvent encore ici quelque part. À attendre, comme moi, leur interprète. « Avalon », pour l’amour du ciel !




Al Jolson, Vincent Rose & Buddy DeSilva - Avalon
joué par le Benny Goodman quartet, 1937
Mis en ligne par MusicProf78



(1) Et même un peu plus, compte tenu du décalage entre Paris et St Louis, Missouri.

(2) Certes, de mortuis nihil nisi, etc...



Sur Gass, on peut lire ici ce qu'en a dit Claro, traducteur du Tunnel. Et en anglais, un peu au hasard et mis à part les obituaires des journaux, le billet d'Edwin Turner et, tout particulièrement sur The Artist and Society, celui de A. D. Jameson, avec un rapprochement inattendu entre Gass et Chklovsky.

14/12/2017

Parcs et jardins : Ciel...


Trèves - Jardins du palais des princes-électeurs






Et pendant ce temps-là...

13/12/2017

12/12/2017

V par V


Félix Vallotton - Vuillard dessinant à Honfleur, 1902
Huile sur carton
Musée des Beaux-Arts de Montréal 

11/12/2017

10/12/2017

Une semaine Scholz (7) : portrait craché


Georg Scholz - Selbstbildnis vor der Litfaßsäule / Autoportrait devant la colonne d'affichage, 1926
Huile sur carton 
Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe




La production la plus critique, au sens politico-social, de Scholz s'étend de 1920 à 23, sous l'effet de la guerre, de l'adhésion au KPD, du Dadaïsme avec lequel il rompra d'ailleurs très vite. A partir de 24 la révolte s'estompe au profit d'une froideur croissante, non seulement du traitement ce qui était déjà le cas, mais des thèmes. Le regard n'est pas forcément plus apaisé, mais certainement plus distant, même si chargé d'ironie. A cet égard la cabine du garde-barrière, de 1924, marque une tournant.

L'autoportrait de 26 est celui d'un peintre devenu titulaire de chaire, habillé en bourgeois et peut-être légèrement étonné de l'être (titulaire, et bourgeois). Il s'agit bien d'un affichage, avec la distance et le détachement que cela implique. De même que le verre des lunettes ne se remarque que par la réfraction des traits du visage, celui de la vitrine du concessionnaire Mercedes n'est décelable que par les lettres qui y sont apposées. Transparence mais séparation; familiarité mais éloignement.

Licencié et interdit d'exercice de son art par les nazis, ses œuvres confisquées, Scholz se réfugie à Waldkirch, petite ville du pays de Bade; il se convertit au catholicisme. Nommé en 1945 maire de la ville par les occupants français, il meurt en novembre de la même année.


09/12/2017

Une semaine Scholz (6) : La vie privée des choses


Georg Scholtz - Kakteen und Semaphore / Cactus et sémaphores, 1923 
Huile sur panneau dur 
Westfälisches museum für Kunst und Kulturgeschichte, Münster





Le cactus, plante préférée de la Neue Sachlichkeit. Une plante qui peut meurtrir, mais qu'on peut peindre froidement comme si c'était un minéral. Et des ampoules électriques - des formes simples aussi, qui peuvent être lumineuses et inertes à la fois. Un espace à l'avenant, entièrement modelé par la main de l'homme, et parfaitement non-humain.

08/12/2017

Une semaine Scholz (5) : Le bar du coin


Georg Scholz - Café (Hakenkreuzritter) / Café (chevalier de la croix gammée), 1921
Aquarelle
Collection Merrill C. Berman
Source




Il s'agit du même sujet que l'estampe postée hier. Ici les cicatrices ne sont pas des griffures d'animaux, mais des traces de combats de Mensur, ces duels entre étudiants des classes supérieures, dont l'enjeu était de récolter les scarifications les plus impressionnantes.

Cette aquarelle fait partie de l'exposition Splendeurs et misères de la République de Weimar, à la Schirn Kunsthalle de Francfort, jusqu'au 25 février.

07/12/2017

Une semaine Scholz (4) : Les vacances du bestiaire


Georg Scholz - Totes Huhn / Poulet mort, 1925 
Encre, aquarelle, gouache et crayon sur carton




Georg Scholz - Der Tierarzt / Le vétérinaire
(ou) im café-(veterinär), 1921
Eau-forte et pointe sèche

06/12/2017

Une semaine Scholz (3) : l'art de la rue


Georg Scholz - Badische Kleinstadt bei Tage / Petite ville du Pays de Bade le jour, 1922-23 
Huile sur carton





Scholz (1890-1945) étudia de 1908 à 1912 à l'Académie de Karlsruhe, ville qui était alors la capitale de la République de Bade. Il y revint pour enseigner à la même Académie, d'abord comme assistant (1923) puis comme titulaire de chaire à partir de 1925.

Dans les années 20 l'Académie de Karlsruhe était un foyer actif de la Nouvelle objectivité avec, outre Scholz, Wilhelm Schnarrenberger et Karl Hubbuch. Mais Karlsruhe fut aussi la première Académie à organiser dès 1933 une exposition d'art dégénéré, à l'initiative de peintres traditionalistes en alliance avec le parti nazi local. La même année Scholz est licencié de l'Académie. Il est interdit d'exercice de son art à partir de 1939.

Ce tableau est le pendant de la scène nocturne postée hier.

La représentation de l'espace, chez les peintres de la  Nouvelle Objectivité, repose sur un mélange de transparence et de contrainte. L'exiguïté, le confinement, le rabougrissement des rapports sociaux sont soulignés par les perspectives et les lignes de fuite. Ici par exemple, une série de maisons de poupées aux couleurs pimpantes, aux fenêtres aveugles, sont disposées selon deux diagonales, l'une qui va de la naissance à la mort, du landau au corbillard, l'autre à dominante excrémentielle. Au centre, un policier règle cette circulation. Au premier plan en guise de synthèse un boucher manie la merde et le sang. On notera la présence d'objets fétiches de l'école : les barrières et le cactus en pot. Sur l'ensemble pèse un climat qu'on pourrait qualifier de claustrophobie en plein air.

05/12/2017

Une semaine Scholz (2) : ronde de nuit


Georg Scholz - Deutsche Kleinstadt bei Nacht / Petite ville allemande la nuit, 1923
Huile sur carton
Kunstmuseum, Bâle

04/12/2017

Une semaine Scholz (1) : On accoste. Mais on devine


Georg Scholz - Der sentimentale Matrose / Le matelot sentimental, 1921 
Lithographie






Paul Fort - L'amour marin (Ballades, 1897)
adapté et mis en musique par Georges Brassens : La Marine, 1953
Mis en ligne par labasedelunivers






Détail du préédent

03/12/2017

L'art de la rue : Stoecklin


Niklaus Stoecklin - Au soldes des trois sœurs, 1930 
Huile sur toile 
Kunstmuseum, Bâle

02/12/2017

Société du spectacle : Cross


Henri-Edmond Cross - Etude pour Scène de corrida, 1893
Aquarelle




Et d'Henri-Edmond Cross, déjà.

01/12/2017

30/11/2017

Duos : sur le tigre blanc


Zhang Yaxin - (photo de scène en 1971 de) Qixi baihutuan / Raid sur le Régiment du tigre blanc, (Guo Tai Gong, compositeur, ca 1963)
Source



Raid sur le régiment du tigre blanc fait partie des Huit Opéras modèles de la Révolution Culturelle. Zhang Yaxin était le photographe officiel de ces opéras, désigné par  Jiang Qing (on ne désobéissait pas à Jiang Qing). Il disposait d'un des trois Hasselblad existant en Chine à l'époque.

29/11/2017

Ayons congé : Jeanne Mammen


Jeanne Mammen - Aschermittwoch / Mercredi des cendres, ca 1926
Aquarelle
Collection privée
Source





Le Mercredi des cendres, lendemain de Carnaval, donc. L'ombre du chat, une allusion à der Kater, la gueule de bois. Cette aquarelle fait partie de l'exposition Splendeurs et misères de la République de Weimar, à la Schirn Kunsthalle de Francfort, jusqu'au 25 février.

Carnaval et parfois, Carême. Entre 1933 et 1945 Jeanne Mammen, qui ne pouvait plus exposer et quasiment plus vendre sa production, survécut en partie en vendant des journaux, dessins et livres d'occasion, dans la rue avec une charrette à bras. Sa vie, ses styles successifs, et quelques-unes de ses œuvres à la Berlinische Galerie.




Et, pour un autre Mercredi des cendres, un autre genre de gueule de bois, ici.





22/11/2017

Une suite allemande (8 et fin) : je ne recherche que des ombres


Marlene Dietrich - Das ist Berlin, wie's weint, das ist Berlin wie's lacht
De l'album Marlene singt Berlin, Berlin, 1965
Paroles et musique de Willi Kollo
Mis en ligne par Petr Radziwill






" Dans les terrains clôturés de la Geisbergstrasse et le long du Mur, ces immeubles noirs, aux façades meurtries, aux fenêtres arrachées se détachent sur le ciel. Ces ruines sont aussi fascinantes qu'inquiétantes. Des débris jonchent le sol aux alentours. Il me vient à l'idée de les épier comme s'ils étaient vivants, d'y pénétrer pour y retrouver la trace de vies disparues et qui ne subsistent qu'à travers ces lambeaux de papier peint qui marquent les cloisons des pièces sur les autres murs encore intacts. À côté de ces immeubles en ruine, les petits magasins que l'on a construit à côté semblent inexistants. On reste muet devant ces gigantesques cadavres. "

J'avais rédigé cette note, il y a six ans, en 1976. Quand je suis revenu à Berlin, il y a trois mois, les ruines avait en grande partie disparu. Même les vieux immeubles de la Friedrichstrasse avaient été abattus pour faire place à des constructions neuves en ciment coloré. Berlin, le Berlin que j'aimais, disparaissait lentement sous les coups des bulldozers et de l'urbanisme moderne. J'étais presque saisi par la folie de photographier tout ce qu'il en restait encore : les ruines bien sûr, mais aussi ces vieux immeubles de briques noircies, ces façades lépreuses, ces arrière-cours, ces balcons rouillés qui, bientôt, feraient place aux nouvelles constructions. Tôt ou tard, il reconstruiront Wedding et Kreuzberg, les vieux quartiers ouvriers, et je m'y sentirai étranger. 

Je marche dans les rues pour rencontrer des fantômes. (...) J'aime la ville parce qu'elle m'est étrangère, car le monde qui m'intéresse ne se vit qu'à travers les traces et les ruines, les musées et les bibliothèques, les façades noircies et les débarras ou s'entassent pêle-mêle les témoignages d'un passé, qui ne cesse de sombrer à travers les couches du temps, comme ces ruines disparaissent à l'aube, derrière le brouillard. Je ne recherche que des ombres. Et j'aime la distance et les ombres.
Jean-Michel Palmier (1944-1998) - rêveries d'un montreur d'ombres, 1982
Christian Bourgois éd. 2007,  pp. 17-18




Décrire et plaindre les reconstructions/redestructions de Berlin, c'est maintenant devenu un genre littéraire, avec ses petits miracles (1) et ses redites, et chaque livre dans ce genre est comme une pelleteuse qui emporte les autres, dirait-on. Mais je crois que c'est Jean-Michel Palmier (2) qui, le premier, nous a fait sentir ce goût d'ombre et cette odeur de fumée.






(1) Berlin-chantiers, de Régine Robin, par exemple.

(2) Ceux de ma génération lui sont reconnaissants, aussi, d'avoir été le premier à nous faire connaître Ernst Bloch et Traces, car :
"Quand arriverons-nous donc plus près de nous-mêmes ? au lit ? en voyage ? chez soi, où tant de choses au retour nous paraissaient meilleures ? Chacun connaît le sentiment d’avoir oublié quelque chose dans sa vie consciente, quelque chose qui est resté en route et n’a pas été tiré au clair. C’est pourquoi ce qu’on allait dire à l’instant et qui vient de nous échapper nous semble souvent si important. Et lorsqu’on quitte une chambre qu’on a assez longtemps habitée, on jette un regard bizarre autour de soi, avant de partir. Là aussi, quelque chose est resté, dont on n’a pas eu l’idée. On l’emporte néanmoins avec soi pour recommencer ailleurs." Ernst Bloch, Traces










On peut lire en ligne les articles redécouverts de Jean-Michel Palmier ici.



Et, décidément les chats sont repartis. Au cinéma. Il reviendront, peut-être, à la toute fin de Novembre.

21/11/2017

Une suite allemande (7) : ronde de nuit


Conrad Felixmüller - Mond über zerbombter Stadt mit Rummelplatz / Clair de lune sur une ville bombardée avec fête foraine, 1946
Museum der Bildenden Künste, Leipzig
Via Huariqueje



La scène se situe à Leipzig, Leuschner-Platz. Remarquer le joueur d'orgue de barbarie et les enfants coiffés de casquettes militaires trop grandes.

20/11/2017

Une suite allemande (6) : portrait craché


Musée de la Stasi, Berlin - Autoportrait dans le rétroviseur d'un agent en mission de surveillance photographique


L'agent s'ennuie à force de tout et rien surveiller. Alors clic. Humour d'Etat : impossible d'être désœuvré.



19/11/2017

Une suite allemande (5) : l'art de la rue


Lea Grundig - Judengasse / La ruelle des Juifs, 1934
Pointe sèche



Lea Grundig (1906-1977) naît dans une famille de commerçants juifs aisés et orthodoxes, avec laquelle elle rompt à 18 ans. Elle étudie au Conservatoire des Arts Plastiques de Dresde où elle rencontre Hans Grundig, qu'elle épousera, et avec lequel elle rejoint le Parti Communiste allemand (KPD) en 1926. Ils vivent de l'aide sociale dans l'unique pièce d'un petit atelier, s'enthousiasment pour Otto Dix puis pour Käthe Kollwitz. Ils militent tous deux dans l'ASSO (1).

Après la Gleichschhaltung en 1933, elle est arrêtée plusieurs fois...




Lea Grundig - Gestapo im Haus / La gestapo à la maison 
Feuille 10 sur 20 de la série Unterm Hakenkreuz, 1936
Pointe séche



...passe des mois en prison, produit pendant ce temps Unterm hakenkreuz / Sous la croix gammée, une série de 20 gravures, l'équivalent plastique d'œuvres comme le Grand'peur et misère de Brecht. 



Lea Grundig - Flustern und Lauschen / Chuchoter et tendre l'oreille 
Feuille 7 sur 20 de la série Unterm Hakenkreuz, 1936
Pointe sèche


Mais elle continue aussi d'affirmer son identité juive dans des gravures comme la Judengasse.

En 39, elle réussit à s'enfuir en Roumanie, via Vienne et Bratislava, et s'embarque sur le Pacifique...




 Lea Grundig - Die Flucht beginnt / La fuite commence
 de la série Unterm Hakenkreuz, 1935
Pointe sèche



...un bateau acheté par la Haganah pour l'émigration vers la Palestine. Les anglais arrêtent le bateau à quai à Haïfa, pour dépassement de quota d'immigration, transfèrent les réfugiés sur le Patria, vaisseau français de Vichy, pour les expédier à l'Ile Maurice. En réponse, la Haganah saborde le Patria pour l'empêcher d'appareiller, 250 passagers périssent. Lea Grundig, avec les survivants, est enfermée au camp palestinien d'Atlit pendant un an. Elle demeure à Haïfa et Tel-Aviv jusqu'en 1948, ne parvient à rentrer en Europe qu'avec difficulté en se cachant des autorités de l'état juif (le retour vers l'Europe était considéré comme une trahison). Entre Prague et Dresde elle parvient à visiter les camps de concentration de Theresienstadt et de Majdanek, ainsi que ce qui reste du Ghetto de Varsovie. Elle en tire des dessins qui formeront la série "Plus jamais ça" que les autorités de la RDA toute neuve refusent de publier à plusieurs reprises : car il faut se tourner vers l'avenir.

Elle se heurtera d'abord aux tenants de l'orthodoxie artistique - notamment en défendant Käthe Kollwitz - puis s'alignera sur la ligne dure, visiblement par discipline de parti, tout en gardant une certaine autonomie dans sa production personnelle. Elle finira comblée d'honneurs, présidente de l'Union des artistes plasticiens à partir de 1964 et membre en 1967 du Comité Central du SED, le Parti Communiste est-allemand. 

Lea Grundig meurt en 1977 au cours d'un voyage en Méditerranée, sur un bateau qui s'appelait "l'amitié des peuples".

Et au Comité Central elle a pu croiser, peu auparavant, Erich Mielke qui venait d'y être admis en 1976. Le monde est petit, c'est pour cela qu'il est plein de contradictions.



(1) Voir mon précédent billet sur Hans Grundig.



Sur Lea Grundig on peut lire en ligne le bel article d'Eckhart Gillen Identité juive et foi communiste. L’itinéraire de Lea Grundig, de Dresde en Palestine et de Palestine à Dresde, capitale de district de la RDA, 1922-1977, dans le numéro 205 de la revue l'Allemagne aujourd'hui (2013/3) - Artistes plasticiens de retour d'exil en pays germanophones après 1945.

18/11/2017

Une suite allemande (4) : l'art du petit déjeuner


Musée de la Stasi, Berlin - Plan et règlement du petit déjeuner qu'Erich Mielke prenait dans son bureau



Erich Mielke a été le dernier chef de la Stasi, de 1957 à 1989.

Le diable est dans les détails. L'essentiel est dans le quotidien. C'est dans le plus banal qu'il faut indiquer les limites. La pièce la plus fascinante du Stasi Museum, ce n'est pas la valise rouge imitation cuir (1) dans laquelle Erich Mielke aurait gardé des dossiers compromettants sur Erich Honecker, le dernier boss de la DDR (2). C'est plutôt ce schéma du petit déjeuner de Mielke à l'intention des secrétaires qui auraient pu oublier (ou ne pas savoir, ou ne pas vouloir savoir, qui sait ?) où placer le premier œuf, et le deuxième (cuisson à 4 minutes et demie, les œufs).

Erich Mielke est un héros de roman, mais de roman noir. Ses premiers pas politiques, il les fait dans un groupe spécial de choc du service d'ordre du KPD - essentiellement en exécutant au pistolet des officiers de police social-démocrates.  Ses secondes armes, il les fait pendant la guerre d'Espagne dans le SIM (Servicio de Investigacion Militar - en fait la police politique stalinienne en Espagne) - essentiellement en interrogeant et en faisant exécuter des anarchistes et des trotskistes. Sa véritable maturité, il l'atteint à partir de 1945, quand le NKGB (3) l'envoie construire le K5 (Kommissariat 5), la première police politique de l'Allemagne de l'est, qui deviendra la Staatssichereit. Il y démontre ses vraies capacités, essentiellement en faisant surveiller tout le monde. Et quand on dit tout le monde, cela veut dire : même les œufs à la coque.




(1) Une reproduction, en fait.

(2) Honecker, arrêté par la Gestapo, aurait livré quelques noms. Mielke s'en serait servi pour menacer Honecker lors du fameux Bureau Politique du 17 octobre 1989, où Honecker fut forcé à la démission. Les historiens pensent plutôt, aujourd'hui, que ces documents sont peu clairs et peu probants, et que le pouvoir de la valise rouge est essentiellement un mythe.

(3)  Ex Tchéka, ex-NKVD, futur KGB, aujourd'hui FSB. Toujours en vie. Mielke s'y est formé pendant ses intervalles moscovites.

17/11/2017

Une suite allemande (3) : bestiaire et art prolétarien


Hans Grundig, Das Lied der Wölfe / Le chant des loups, de la série Tiere und Menschen, 1938
Pointe sèche
Kunstmuseum Solingen
Via Künste im exil


Hans Grundig (1901-1958), peintre et graveur, vient d'une famille ouvrière de Dresde. Comme les autres artistes de la Neue Sachlichkeit de cette ville, il travaille dans le sillage d'Otto Dix. Comme eux aussi, mais à la différence de Dix, il se considère comme un artiste prolétarien. Les réalistes prolétariens de Dresde, Conrad Felixmüller, Otto Griebel, Wilhelm Lachnit, sont proches ou adhérents du KPD, membres actifs ou fondateurs de l'ASSO, Association des Artistes Plasticiens Révolutionnaires d'Allemagne, créée en 1928.

Même Otto Dix essaie les tableaux à sujet prolétarien, un temps, assez bref. Et puis

Tu nous embêtes avec ta politique de merde... Occupe-toi plutôt de la peinture

finit-il par dire, un jour, à Otto Griebel (1).

Otto Dix n'était pas fait pour l'art prolétarien. Ce qui n'empêcha pas la confiscation de plus de deux cents de ses tableaux en 1937, suivie de la destruction de nombre d'entre eux, comme art dégénéré. 151 tableaux de Felixmüller connaissent le même sort, de même que les œuvres de Griebel et quatre tableaux de Lachnit. Felixmüller et Lachnit sont arrêtés par la Gestapo, puis relâchés. Lachnit a l'interdiction partielle d'exercer son art.

Communiste depuis 1926, Grundig est interdit d'exercice de son art en 1936. Avec sa femme, Lea Grundig, ils sont des rares artistes à continuer de produire et diffuser après 1933, à leurs risques et périls, des œuvres ouvertement antifascistes, en utilisant un presse à estampes dont Hans Grundig avait fait l'acquisition. Mieux que la peinture qu'on ne peut plus exposer, l'estampe est adaptée à ce nouveau type de diffusion, discrète voire clandestine. 

Arrêté puis relâché à plusieurs reprises, Grundig est interné à Sachsenhausen de 40 à 44, libéré par l'Armée Rouge et transféré à Moscou, ce qui lui épargne le bombardement de Dresde. Ses œuvres les plus connues sont le grand triptyque du Reich de mille ans (dont j'ai déjà reproduit ici un panneau) et cette série Animaux et Humains où chaque espèce animale (2) est chargée d'un symbolisme politique fort. Inutile, ici, de préciser à quoi hurlent ces loups en 1938.




(1) in Paul Barth - Die Dresdener Künstlerszene, 1919-1933, Düsseldorf 1987. Cité par Sergiusz Michalski - Nouvelle objectivité, Taschen 1994. 

(2) Pour le Loup et l'Ours à la fin des années 30, vous pouvez deviner. Quelques remarques assez subtiles sur le symbolisme de l'Ours dans Tiere und Mesnchen ici sur Eckers Bestiarium (en allemand).



Et, à propos d'un élève de Lachnit, plus tard : Harald Metzkes

16/11/2017

Une suite allemande (2) : l'art de la cuisine


Musée de la Stasi, Berlin - Cuisine réservée du bureau directorial




La part la plus intéressante du Musée de la Stasi - installé dans ce qui fut la Maison 1, bâtiment amiral de l'immense complexe policier de Berlin-Lichtenberg - c'est l'étage directorial conservé dans son jus, où l'on peut constater qu'une simple salle de réunion peut inspirer la terreur bien plus qu'une cellule de prison.

Les touristes étrangers peuvent s'y photographier en riant, saisir le téléphone d'Erich Mielke, faire semblant de donner des ordres. Puis, tranquilles, ils retournent dans leur pays, où d'autres frigos ronronnent dans la cuisine du chef du contre-espionnage ou du Haut-Commissaire à la sécurité - qui a dans bien des cas beaucoup moins de pouvoirs qu'Erich Mielke.

Mais dans certains cas, autant.